Les Market-places : passage obligé pour le e-commerce ?

Les Market-places : passage obligé pour le e-commerce ?

Dans le cadre de ma présence sur LinkedIn, il m’arrive de participer au groupe de discussion « FrenchWeb.fr ». Dans le cadre des topics postés dans ce groupe était abordé la question de savoir si il était nécessaire de débuter ses activités d’e-commerce sur des places de marché telles que « Pixmania », « Ebay », et autres « Amazon » ou « 2X Moins Cher ». De par le passé, j’ai lancé une entreprise de e-commerce en passant par ce type de « Market place », et que dire si ce n’est que le bilan est très « contrasté ».

De par le passé, j’ai lancé une entreprise de e-commerce en passant par ce type de « Market place » : Amazon, Priceminister, 2XMoinsCher, et autres Ebay, et que dire si ce n’est que le bilan est très « contrasté ».

Tout d’abord, un des avantages est de minorer ses charges de structures. En effet, via ces places de marché, exit les frais de développement de sites internet « interne », avec les contraintes qui vont de pairs : je pense au référencement, à la communication, à la maintenance. Les Places de Marché se chargent de tout. En bref, il suffit d’avoir de bons prix, et une logistique rôdée et on peut débuter rapidement. Mais voilà qui dit bannissement des charges de structure ne dit pas exemption totale de frais. Les Marketplaces sont en général très gourmandes en frais : de mémoire cela va de 7 à 20 % du prix de vente final. Ces frais ou commission sont naturellement à déduire de votre marge, et contrairement à certaines dépenses de structures (conception de site – Recherche et Développement) ces charges ne sont pas un « actif », ni un « investissement » amortissable pour une société : en résumé, elles ne sont pas une richesse, mais une perte « sèche ».

Pour ce qui est ensuite du développement de l’activité via les MarketPlace, je pense qu’il faut encore une fois être « prudent ». D’une part, les clients des places de marché ne vous « appartiennent pas ». Autant le dire clairement, les Marketplace essayent de verrouiller comme il se doit les informations relatives aux clients, et cela afin d’éviter une certaine évasion de ces clients vers les vendeurs du marketplace : en résumé la possibilité de se livrer à un pseudo « marketing viral » de ces plateformes vers votre site sont faibles. D’autre part, car les clients habitués au Marketplace et qui sont donc à la recherche du prix deviennent rarement des clients pour votre site principal…. en résumé, ces places de marché ne sont pas de véritables pivots pour se constituer un fond de clientèle…

Les marketplaces sont aussi des lieux propices aux marges faibles voire négatives. Ne soyons pas dupes : le principe de ces places de marché est d’offrir aux prospects (et futurs clients) des prix aussi bas que possibles. Les vendeurs proposant les prix les plus faibles sont en tête de page : une carotte qui fait naturellement avancer les commerçants, car inutile de dire que le positionnement prioritaire est un facteur multiplicateur de chiffre d’affaires. A ce petit jeu là, bien des commerçants vont se lancer dans la course aux prix le plus bas, au détriment parfois de l’intérêt économique de leur société : un volume important de Chiffre d’affaires au détriment d’une marge saine permettant l’absorption des charge de la société. Voire ses ventes augmenter peut être grisant… grisant au point d’en oublier que l’objectif d’une société est de générer des profits.

Il est aussi important de préciser que générer toute une activité de e-business que via les Places de Marché n’est peut-être pas une « finalité ». En effet, le but de tout entrepreneur, est de certes générer des profits, et mener sa société vers la prospérité, mais aussi, de donner de la valeur à ladite société. On est en droit de se demander quelle est la valeur réelle d’une société qui ne génèrerait que du Chiffre d’affaires via les places de marché ? Qu’elle est la valeur du « nom commercial »… Elle démontre certes qu’elle sait utiliser les « back offices » de ces sites mais qu’en est-il réellement de ses compétences de communication, référencement, ou plus globalement « e-marketing »… la question reste ouverte…

Soyons clairs, ce bilan est plutôt négatif, et pourtant, il y a bien des avantages à travailler sur des plateformes de type marketplaces.

Les frais de lancement : je l’ai évoqué plus haut. Grâce aux marketplaces, exit les charges de structure, et les lourds coûts liés à un site internet. Exit aussi les appels à des designers, référenceurs, et autres spécialistes du web : vous ne payez que si vous vendez….
un avantage et non des moindres : la possibilité de tester un marché grandeur nature en temps réel. Les marketplaces sont généralement connues, reçoivent plusieurs centaines de milliers d’internautes par jour… une audience que peu de sites « indés » peuvent se prévaloir.. Tout est donc accéléré sur des places de marché, autant en terme de clients, que de concurrence. Il s’agit donc d’un très bon « entraînement »….

Voilà quelques avantages, à mon sens du « marketplace », qu’il convient d’utiliser avec intelligence, et qu’il convient aussi de considérer comme un « apporteur de business » d’équilibre, destiné à pallier un manque d’activité…